Comment fonctionne un radar routier ? Comment en fabriquer un ?

Vous le savez certainement (sinon vous habitez sur une autre planète), au 1er juillet 2018, la réglementation est passée à 80 km/h sur les routes secondaires françaises, au grand dam de nombreux usagers de la route. Et force est de constater que le radars ont flashé deux fois plus en juillet 2018 qu’en juillet 2017.

By Micka13 [CC BY-SA 3.0 ], from Wikimedia Commons
Mais savez-vous comment fonctionne un radar ? Par quel miracle ce petit appareil réussit-il à mesurer votre vitesse ?

Principe de fonctionnement du cinémomètre

Le cinémomètre est le vrai nom du radar routier. Mais par commodité, nous allons continuer à utiliser le terme radar.

By Remi Jouan (Photo taken by Remi Jouan) [GFDL or CC BY-SA 3.0 ], via Wikimedia Commons
Sommairement, l’appareil émet une onde qui sera répercutée par le véhicule en mouvement, sur le principe de l’effet Doppler. L’onde répercutée a une fréquence différente de celle envoyée. C’est cette différence qui va permettre le calcul de la vitesse. Le problème, si c’en est un, est que le véhicule doit se déplacer dans l’axe du radar pour que la mesure soit la plus précise possible. Or, il n’est pas possible de mettre le radar au milieu de la route pour avoir une mesure précise, les radars sont donc calibrés avec un angle maximum de 25 degrés, ce qui a tout de même une influence non négligeable sur la fiabilité du calcul. Je ne m’attarderai pas ici sur les règles de calcul qui permettent à la police de déterminer si l’usager est verbalisable ou pas en fonction des tolérances appliquées, elles diffèrent selon les pays.

Le radar tronçon

Le radar tronçon a un fonctionnement légèrement différent. Tout d’abord il ne se compose pas d’une borne de détection, mais de deux, souvent espacées de plusieurs kilomètres. En plus de la mesure de vitesse instantanée, les plaques des véhicules sont photographiées par des caméras infrarouges (donc pas de flash) sur les deux bornes. Ainsi, on aura les plaques et vitesses instantanées en début et en fin de zone de contrôle, et la connaissance de la distance entre les deux points de contrôle permet de connaître la vitesse moyenne du véhicule.

By Arnaud 25 [CC BY-SA 3.0 ], from Wikimedia Commons
Contrairement au radar classique, qu’il soit fixe ou non, aucune tolérance n’est appliquée. La vitesse retenue est celle mesurée par le dispositif (en France tout du moins).

Fabriquer un radar

Il peut parfois être utile de connaître la vitesse de passage des véhicules lorsqu’on n’est pas de la police. Imaginons par exemple des riverains qui voudraient monter un dossier en mairie pour demander une modification de la vitesse de circulation ou la mise en place de ralentisseurs. Nous allons donc fabriquer facilement un « radar », notez les guillemets. Notre radar ne fonctionnera pas sur le principe du radar traditionnel, mais plus sur celui du radar tronçon. En effet, nous allons ici mesurer le temps de passage d’un véhicule entre deux points pour en déduire sa vitesse moyenne, tout simplement.

By LG Electronics [CC BY 2.0 ], via Wikimedia Commons
Pour cela, nous utiliserons un smartphone. À l’aide d’une application, il sera en effet facile d’effectuer cette mesure. Je ne recommanderai aucune application en particulier, il en existe des dizaines sur le store, mais le principe est le suivant :

  • Posé sur un trépied, lui-même posé à plusieurs mètres de la route, le smartphone devra avoir dans le champ de sa caméra deux points dont la distance qui les sépare est connue.
  • Au sein de l’application, on renseignera la distance entre ces deux points, qui seront ensuite utilisés comme zones de déclenchement d’un chronomètre grâce à la détection de mouvement.
  • À l’aide de la formule v=d/t (vitesse=distance /temps), la vitesse s’affiche sur l’écran du smartphone. Dans le même temps, une photo du véhicule est sauvegardée sur la mémoire de l’appareil. Notez que ces photos n’auront aucune valeur juridique.

Sources