Domoticz vs Jeedom : guerre de clochers

Le web est plein d’oppositions en tous genres, on les trouve dès qu’on parcourt un site spécialisé : OM vs PSG, Audi vs BMW, PC vs Mac, IOS vs Android, Playstation vs XBox etc. J’étais loin de m’imaginer que ce genre d’opposition existait aussi dans le domaine de la domotique lorsque je m’y suis mis.

Domoticz vs Jeedom

Car oui, ce genre de « guéguerre » existe bel et bien dans ce domaine, et j’y ai été confronté récemment. En effet, mon article « Au revoir Jeedom, bonjour Domoticz » a été sans nul doute mon article ayant eu le plus grand nombre de commentaires et de loin.

D’un côté, ceux que j’appellerais les « pro-Jeedom », qui tentaient d’atténuer les défauts que je pointais du doigt, parfois même de manière agacée, voire virulente, de l’autre les « pro-Domoticz » qui affirmaient également leur abandon du logiciel français.

J’ai été vraiment étonné de constater cette opposition. Mon article n’étant que le reflet d’une expérience personnelle, avec le matériel qui est le mien (et donc pas forcément le plus performant), il n’a donc pas parole d’évangile, et je conçois tout à fait que d’autres puissent avoir une meilleure expérience que moi avec Jeedom.

*Attention ! Il ne s’agit ici nullement d’un test et de savoir qui est le meilleur, je ne connais suffisamment pas les deux systèmes pour prétendre le définir. Quand je parle de stabilité pour une solution ou une autre, par exemple, dites-vous bien que c’est tiré de MON expérience, avec MON matériel. Cet article n’est, une nouvelle fois, qu’une réflexion personnelle, tiré de ma propre expérience. Libre à vous de la partager, ou pas, mais ceci n’est pas un test et n’a donc aucune valeur en la matière !*

Domoticz vs Jeedom

Jeedom, oui, mais…

Mais, il faut bien en avoir conscience, Jeedom n’est pas meilleur que Domoticz, et vice-versa. Car chacun a ses avantages et ses inconvénients. Jeedom a un côté ultra-modulaire, avec des plugins par dizaines, qui lui donnent un côté hyper-versatile, il peut donc être utilisé dans n’importe quelle situation. De plus, il est vraiment personnalisable, que ce soit au niveau du Dashboard, du mode Vue ou, encore mieux, du mode Plan, imbattable dans le domaine.

Mais non, Jeedom n’est pas parfait. Outre la communication défaillante (mais qui tend à s’améliorer, et c’est une bonne chose) de l’équipe, on peut lui reprocher un côté un peu trop « homemade », avec parfois quelques petits bugs d’affichage, des widgets pas très fonctionnels ou pas trop aboutis graphiquement. Eh oui, c’est le revers du côté communautaire, tout le monde n’a pas les mêmes talents en matière de développement et de mise en page. Avant de me jeter la pierre, non, je ne saurais pas faire mieux, mais cela n’empêche pas de le dire.

Ensuite, Jeedom est, comme cela a été dit à plusieurs reprises, une solution pseudo-gratuite. Car même si le soft, en lui-même, ne coûte rien, et qu’on peut quand même en faire pas mal pour pas un rond, on a quand même vite fait de devoir mettre la main au porte-monnaie. Et force est de constater que de plus en plus de plugins deviennent payants, même parmi ceux qui étaient autrefois gratuits.

Petit exemple en date : le plugin Wifilight, qui permet de piloter les ampoules Milight. J’avais installé le plugin à l’époque où il était gratuit. Ayant acheté mes Hue, j’ai eu moins l’utilité de mes Milight, j’ai donc désinstallé le plugin (qui fonctionnait très bien). Aujourd’hui, le plugin est devenu payant. Malheureusement, le market ne se souvient pas que j’ai installé le plugin auparavant, et si je veux le réinstaller, je dois payer. Ballot, non ?

Bref, Jeedom est une bonne solution, mais elle n’est pas parfaite. Et malgré mon récent article, je continue de l’utiliser, tout n’est pas tout blanc ou tout noir !

Domoticz, oui, mais…

Eh non, Domoticz n’est pas parfait non plus ! Car si j’ai trouvé son approche générale un peu plus simple que Jeedom, c’est aussi un peu grâce à l’expérience que j’ai acquise au cours de cette année de bidouille. Je suis un fouineur. J’ai donc pu appréhender Domoticz assez facilement. Mais, soyons honnête, lorsque, l’an dernier, j’ai abordé Domoticz pour la première fois, je me suis retrouvé aussi paumé que la première fois que je me suis retrouvé face à Jeedom. Eh oui, la domotique est tout de même un domaine particulier, où les débutants sont mis à rude épreuve s’ils n’ont pas l’envie de se documenter un minimum. Donc non, cela ne tombe pas sous le sens.

Pour autant, l’interface de Domoticz est globalement mieux finie que celle de Jeedom. Il n’y a pas un pixel qui dépasse, c’est propre, rien à dire. D’aucuns trouveront ça moche, certes, on peut maintenant changer de thème assez facilement, et on en trouve de plus en plus sur la toile. En revanche, ce qui est sûr, c’est que l’interface est plus figée, plus rigide, que celle de Jeedom. Elle est personnalisable, certes, mais, outre le thème, cela n’a rien d’évident.

Tout d’abord le mode Plan, qui est tout sauf intuitif. Tout un tas de procédures avant d’avoir un plan fonctionnel, là où, sous Jeedom, tout se fait très facilement. Ensuite, il y a bien le mode page perso, mais là aussi, c’est vraiment… caché. Quand j’ai testé Domoticz, vite fait, il y a un an, ce menu était clairement visible. Je savais donc qu’il existait. Aujourd’hui, il est masqué, et ne devient visible que si on modifie le nom d’un fichier dans les ressources du logiciel. Tout sauf pratique. Ensuite, il faut savoir coder pour modifier cette page. Et encore, les seuls changements que j’ai vus d’une page à l’autre ne relevaient que du CSS (qu’il faut déjà connaître, certes), je pense qu’on peut aller encore plus loin, mais c’est loin d’être à la portée de tous.

Et, en parlant de stabilité, soyons honnêtes là-aussi, Domoticz n’est pas parfait non plus. C’est vrai, le logiciel tourne quand même comme une horloge de manière générale. Mais quand, d’un seul coup, ta télécommande Z-Wave n’est plus reconnue, sans que tu n’ais rien touché, et qu’il te devient impossible de l’inclure à nouveau, c’est un peu rageant. Avant que vous ne disiez quoi que ce soit, sachez que mes multiples tentatives d’association se sont révélées infructueuses (malgré plusieurs redémarrages), alors que ça m’a pris trois minutes par la suite sur Jeedom, ce qui prouve que le matériel n’est pas en cause.

Pour autant, j’apprécie énormément Domoticz car le logiciel est, d’une manière générale, plus stable que Jeedom. Je le garde donc en solution de repli en cas de défaillance du premier, en attendant, probablement, de mieux le connaître. J’apprécie aussi, comme je l’ai déjà dit, l’existence de plusieurs applis sur smartphone ou tablette, chose encore inexistante sur Jeedom. Quoi qu’il en soit, le choix définitif de ma solution n’est pas encore fait, la construction de ma maison n’étant pas terminée, tout cela a pour moi valeur de test personnel.

En conclusion

Le but de cet article n’est pas de dire si un système est meilleur qu’un autre, ni plus fiable ou quoi, ou qu’est-ce, car tout dépend aussi du matériel sur lequel tout est installé, et le mien n’est pas forcément le plus performant. Non, le but de cet article est de mettre en lumière cette opposition qui m’a à la fois surpris et amusé, car je ne pensais vraiment pas retrouver ce type de comportement dans le domaine de la domotique.

Quel que soit le système, à mon sens, il y aura toujours des choses qui iront et d’autres qui n’iront pas. Si je prends ma box Somfy, par exemple, je constate qu’elle ne m’a JAMAIS fait défaut. Certes, elle est très bridée, d’ailleurs je remercie Jeedom de me permettre d’étendre ses capacités. Mais en terme de stabilité, par exemple, ni Jeedom ni Domoticz ne lui arrivent à la cheville.

Pour autant, il ne faut pas que je me croie à l’abri : l’exemple Zodianet, qui est en train de mettre la clé sous la porte, est la preuve qu’on peut avoir une super box, et, du jour au lendemain, un bon gros presse-papiers. Certes, Somfy a une meilleure santé financière que Zodianet, mais Kodak ou Nokia savent que la santé financière ne fait pas toujours tout…

Pour terminer, certains verront cet article comme un simple article à troll. Oui, si ça vous chante, et je suis conscient que cet article va réveiller certains démons. Je vais certainement me faire flamer des deux côtés, peu importe. Mais si j’avais vraiment voulu faire un article à troll, je serais allé bien plus loin et avec beaucoup moins d’impartialité, croyez-moi. J’aurais sans doute même déclaré un vainqueur ! Car oui, je sais aussi faire preuve de mauvaise foi !

Le bisou à tout le monde !

[content-egg module=Amazon template=list]