Du tracteur connecté au tracteur autonome

Nous vivons une ère de profonde mutation technologique. Les objets connectés ont envahi notre quotidien et font désormais partie du paysage. Selon les sources, les analystes prévoient entre 10 et 50 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici 2020. Et c’est sans compter sur certains secteurs professionnels qui viennent ajouter leur pierre à l’édifice. On pensera notamment au monde du transport, avec les fameux taxis autonomes de chez Uber. Mais il y a, entre autres, un autre secteur auquel on ne penserait pas au premier abord, et qui vient aussi profiter de ces avancées technologiques : l’agriculture.

On pourra faire le rapprochement avec le Farmbot dont j’ai parlé lors d’un précédent article, et dont le principe peut être (et est d’ailleurs plus ou moins) adapté à grande échelle, notamment sur la partie arrosage, mais ici nous allons faire un gros bond en avant sur un outil auquel on ne s’attend pas : le tracteur.

Image CC0 Domaine public – Pixabay

Pour la majorité des gens, un tracteur est juste un gros engin bruyant qui tire de gros outils dans les champs et qui provoque de gros embouteillages sur les routes. Pourtant, les tracteurs modernes sont de vraies petites merveilles de technologie et offrent un confort supérieur à ce qui se trouve dans la majorité des voitures. Climatisation, insonorisation, cabines suspendues pour atténuer les vibrations, électronique dernier cri, ces machines se pilotent aujourd’hui d’un doigt… Voire à l’oeil.

Du tracteur connecté…

Il y a quelques années, un produit a révolutionné le petit monde des conducteurs de tracteurs : le pilote automatique. Existant sous plusieurs formes, il permet tantôt d’asservir la vitesse du tracteur à celle de la moissonneuse qu’il suit, tantôt, et c’est le cas le plus fréquent, de simplement laisser le tracteur tracer sa route sans avoir à toucher le volant, ce qui permet au conducteur de se concentrer sur d’autres tâches, comme la surveillance de l’outillage, mais aussi de se relâcher un peu. Enfin, cela permet surtout d’obtenir des trajectoires parfaitement rectilignes, les précisions atteintes au niveau de la géolocalisation devenant redoutables.

Image Case IH – Press kit.

Le tracteur peut alors être programmé via ordinateur, ordinateur de bord, smartphone… et est géolocalisé par satellite, en utilisant les réseaux GPS et, assez souvent, GLONASS. La précision atteinte est de l’ordre du centimètre, plus que suffisante pour les travaux agricoles. Concrètement, le logiciel va agir sur un dispositif relié au mécanisme de direction afin de corriger les éventuelles déviations du tracteur. Bien entendu, le conducteur a priorité sur le système et peut ainsi reprendre le contrôle à tout moment.

Ces solutions peuvent être installées de série sur les machines, mais il est également possible d’équiper un tracteur à posteriori, et ce même en utilisant du matériel électronique à bas coût (arduino, Raspberry Pi) et des logiciels open-source.

… au tracteur autonome

Image Case IH – Press kit.

La voiture autonome est disponible depuis quelque temps maintenant, Tesla commence à parler de semi-remorque autonome capable de rouler en convoi, ce n’était qu’une question de temps avant que le tracteur autonome devienne réalité. C’est chose faite depuis quelques mois, le constructeur Case IH ayant dévoilé son concept de tracteur autonome en avril 2016, et testé en situation réelle il y a deux mois. Et histoire de montrer le degré d’automatisation, ils se sont même payé de luxe de purement et simplement supprimer la cabine. Bien entendu, cette solution pourra se trouver sous la forme d’un tracteur « traditionnel » (j’entends par là avec cabine), mais la prouesse est assez spectaculaire. L’engin est bardé de capteurs, intelligent, capable d’éviter des obstacles fixes et mobiles, et ainsi de libérer le chauffeur qui pourra s’atteler à d’autres tâches pendant que le tracteur arpente la parcelle.

Vidéo officielle Case IH – Press kit

Ressources

Tests de systèmes d’autoguidage – La France agricole

Modification open-source et autoguidage

Farmis Field Navigator – application Android

Adapter un autoguidage sur un tracteur – La France agricole

Centre presse Case IH