Impression 3D : il était un petit navire…

Si vous vous intéressez à l’impression 3D domestique, vous aurez probablement remarqué que de nombreux articles (dont les miens) sont illustrés avec des petits bateaux. Non, cela ne signifie pas que tous les amateurs d’impression 3D sont également amateurs de nautisme, mais ce petit bateau revêt une importance particulière que je vais expliquer ici.

De l’importance des réglages

Quelle que soit l’imprimante 3D utilisée, entrée ou haut de gamme, delta ou cartésienne, la qualité du modèle imprimé dépend avant tout des réglages définis dans le trancheur. En effet, même une imprimante 3D à 5000€ ne saura imprimer correctement un modèle si ses réglages sont mal définis. C’est un peu comme une voiture de sport. Si vous mettez de mauvais réglages moteur, la voiture avancera moins bien, consommera davantage de carburant, etc.

Et force est de constater que, dans logiciel de tranchage, les réglages sont nombreux, et ils jouent tous, sans exception, sur la qualité finale du modèle. Notez que je parle ici des paramètres de tranchage, et non des paramètres propres à l’imprimante 3D, tels que les dimensions du plateau, par exemple, qui sont des valeurs fixes quoi qu’il arrive.

Donc, que l’on parle de la vitesse d’impression, de la hauteur de première couche, de la température de l’extrudeur, ou de tout autre paramètre, tout cela contribue à la qualité du modèle imprimé.

Les difficultés d’impression

Il faut aussi savoir qu’une imprimante 3D peut aussi rencontrer des situations difficiles, ainsi que des passages délicats. Ainsi, les zones en surplomb, les faibles pentes, ou encore l’obtention de belles surfaces, de mesures parfaites, de vrais zones circulaires, sont autant de gageures pour une imprimante 3D. Et si les réglages conditionnent la qualité du modèle et varient d’une imprimante à l’autre, ils varient aussi d’un filament à l’autre, et même d’une pièce à l’autre. Autant dire que les facteurs qui vont influencer les réglages sont nombreux et peuvent différer, même pour deux situations à priori similaires.

3DBenchy vous aide

Mais revenons à notre petit bateau. Malgré son apparence anodine, il est le cauchemar des imprimantes 3D. Car ce bateau, qui s’appelle 3DBenchy, est en fait un torture test qui va vous permettre de vérifier que les réglages de votre imprimante 3D sont corrects. Ce modèle fait appel à plusieurs cas de figure, sur lesquels des réglages mal effectués seront rapidement identifiables.

3DBenchy – le fichier original dans le trancheur Cura
  • Symétrie, zones circulaires : le bateau est parfaitement symétrique. Un problème de mesure mettra en lumière un problème au niveau du châssis de l’imprimante, avec par exemple des axes qui ne sont pas perpendiculaires entre eux (pour le cas d’une imprimante cartésienne) ou d’un mauvais réglage de géométrie (pour une imprimante delta). Benchy dispose également de mesures très précises, ce qui contribuera à améliorer le diagnostic.
  • Large coque en dévers : un mauvais état de surface permettra d’identifier une mauvaise température d’extrusion, avec un matériau trop chaud, ou, au contraire, pas assez. Des perles sur la surface seront de signe d’un flux trop important (over-extrusion).
  • Nombreux détails : un mauvais réglage de température ou de flux gâchera tous les détails et rendra le texte à l’arrière du bateau illisible.
  • Texte de la première couche : une bonne première couche est importante pour une bonne accroche du modèle tout au long de l’impression. Le texte situé sous la coque devra être parfaitement lisible et le remplissage de la première couche devra être le plus rempli possible. Il faudra trouver le bon compromis.
  • Zones en surplomb : le toit de la cabine, le parties supérieures des hublots ou la partie inférieure du gouvernail sont autant de défis qui nécessitent de bons réglages de température, et de refroidissement.
  • … et des tas d’autres difficultés qui seront surmontées avec de bons réglages.

Conclusion

Ce bateau, créé par Creative Tools, est un modèle open-source téléchargeable à cette adresse. Mais outre sa vocation première de torture test, il est devenu en quelque sorte le symbole de l’impression 3D, LE modèle super-star. À tel point que des tonnes d’accessoires peuvent être imprimées pour accompagner le Benchy, comme des étagères pour les exposer, des présentoirs pour faire de belles photos, des petits objets pour les mettre en scène, et même une gamme de t-shirts. Et il y a fort à parier que si vous vous mettez à l’impression 3D, vous en imprimerez plus d’un…

Un collection de 3DBenchy qui s’agrandit, y compris avec quelques ratages.

Ressources

Site officiel

Wikipedia

Thingiverse

Photos personnelles.