Windows à la préhistoire, c’était comment ?

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps où Internet et les écrans plats étaient de la science-fiction, un temps où un ordinateur coûtait facilement 2 SMIC, et où la micro domestique était tout sauf domestiquée.

Aujourd’hui, on se prend tous à pester sur les frasques de Windows. Bugs, plantages, freezes en tous genres, nous y avons tous droit. Pourtant, de nombreux (jeunes) utilisateurs sont à des années-lumière de s’imaginer la galère que représentait l’utilisation de Windows dans les années 80-90.

Nous allons faire ici un petit tour des premières versions de Windows, ou du moins celles qui ont marqué l’histoire : Windows 1, 3 et 3.1. Quelques captures d’écran à l’appui, je vous proposerai même de tester ces systèmes mythiques.

Windows 1

Les débuts du système d’exploitation le plus célèbre du monde ont été plutôt chaotiques. On ne le dira jamais assez, Windows a été conçu pour contrer Mac OS, le premier OS graphique pour le grand public (j’insiste sur le côté grand public, même si les machines restaient chères). Malheureusement, le succès de la toute première version de Windows a été plutôt modeste. Il faut dire que graphiquement, Microsoft était plutôt loin d’Apple. Windows ressemble alors plus à une vulgaire liste de fichiers sélectionnables par une souris, rien de bien folichon.

Comme nombre de ses successeurs, Windows s’appuyait sur MS-DOS et était plus une application qu’un système d’exploitation à part entière. Les pilotes étaient gérés par MS-DOS et non par Windows directement, au sein du fichier autoexec.bat qui se chargeait au démarrage de l’ordinateur, bien avant Windows. D’ailleurs, à cette époque, et pendant bien des années après, Windows se lançait manuellement à l’invite de MS-DOS, sauf si on avait entré la commande win.exe dans l’autoexec.bat.

Windows 3

On passera sous silence Windows 2, qui n’a représenté qu’une maigre évolution par rapport à Windows 1, pour aller directement à la version 3 qui, en 1990, a apporté son lot de nouveautés, à commencer par le plan graphique, puisque c’est avec cette version qu’on est réellement arrivé sur un système fenêtré. Il s’exécutait lui aussi par-dessus MS-DOS, mais reprenait bien plus les codes visuels du concurrent pommé, ce qui a valu une colère monumentale de Steve Jobs et les batailles juridiques qui s’en sont suivies.

Windows 3 apportait notamment un gestionnaire de programmes, un panneau de configuration, et un gestionnaire de fichiers amélioré par rapport à ses prédécesseurs. C’est également à ce moment qu’est apparu le célébrissime Solitaire.

Windows 3.1

En 1992 apparaît une nouvelle version, la 3.1, qui améliore une nouvelle fois l’aspect graphique, sans toutefois révolutionner le genre. Les différents gestionnaires sont améliorés, complétés, et le jeu Reversi est remplacé par le Démineur (information capitale quand on s’ennuyait au bureau). Mais Windows 3.1 permet avant tout de bien meilleures performances graphiques, pour peu que l’on possède le matériel et les pilotes adéquats.

Windows 3.1 connaîtra plusieurs variantes, dont les versions Workgroups, avec le support du réseau local. Il sera ensuite décliné en 3.11 en 1993, qui apportait nombre de corrections plus que de nouveautés.

La dualité Windows / MS-DOS

Comme je l’ai dit un peu plus haut, à cette époque, Windows était bâti en »surcouche » de MS-DOS et nécessitait ce dernier pour fonctionner. Il s’agissait surtout de fournir à l’utilisateur une interface graphique simple à l’usage, mais qui réservait son lot de pièges. En effet, aucune manipulation n’était protégée, et l’accès aux fichiers système était excessivement simple, et l’effacement accidentel d’un fichier système était très facile, et bien entendu très fréquent. L’usage de la commande DOS undelete l’était tout autant, mais son efficacité était limitée. La réinstallation du système était donc monnaie courante, et prenait un temps fou, je me souviens notamment de Windows 3.11 for Workgroups et ses 11 disquettes…

Il faut aussi se souvenir que les réglages des pilotes étaient plus ou moins manuels, et que l’utilisateur était souvent confronté à une notion qui n’existe plus aujourd’hui : les conflits. Lorsqu’un périphérique ou un composant fonctionnait mal (ou pas du tout), il fallait rechercher avec quel autre périphérique il entrait en conflit. Un problème qui parait impensable aujourd’hui, le plug and play étant plutôt bien rôdé. Mais en 1990, l’installation d’une imprimante ou d’une carte son était tout une aventure. Et même quand Windows 95 a introduit le plug and play, il fonctionnait tellement mal et les conflits étaient toujours tellement nombreux qu’il avait été surnommé « plug and pray ». Tout un programme.

Envie de tester ?

Si vous êtes curieux de voir à quoi ressemblait Windows dans les années 80-90, je vous propose de suivre ces liens :

Windows 1

Windows 3

Windows 3.11

Il vous suffit alors de cliquer dans la fenêtre noire, et sur le bouton Fullscreen pour une meilleure expérience. Bon voyage dans le temps !

Ressources

https://fr.wikipedia.org/wiki/Windows_1.0

https://fr.wikipedia.org/wiki/Windows_3.x

https://classicreload.com/

Screenshots réalisés par mes soins.