Remix OS, l’OS qui monte !

En début d’année, je vous présentais Remix OS, un système d’exploitation qui permettait d’adapter Android au monde du PC de bureau. Nous avions vu à l’époque qu’il était déjà très prometteur, malgré des défauts de jeunesse évidents. Qu’en est-il aujourd’hui ?

remix os

Remix OS, des progrès évidents

La première chose qu’on remarque en téléchargeant Remix OS, c’est le choix des versions. En effet, la version 32 bit est disponible, et les deux versions (64 et 32) sont compatibles à la fois UEFI et Bios (Legacy). Je ne saurais en revanche vous dire si l’installation est désormais possible sur un UEFI 32, mais je ne vois plus beaucoup de messages depuis le mois de mars, j’en déduis que cela fonctionne. Mais surtout, et c’est la raison qui a fait que j’ai réinstallé l’OS, la compatibilité avec les cartes graphiques NVidia est enfin assurée.

Du côté de l’installation, ensuite, on constate avec joie qu’une install directe sur disque dur est également disponible. Pour ma part, après un premier essai infructueux sur une partition NTFS, j’ai pu l’installer sur une partition en FAT 32. Inconvénient, la partition système, qui reçoit les applis, est limitée à 4 Go, je vais donc chercher comment augmenter cela, car ça risque de faire un peu juste. Chose sympa tout de même, la possibilité de lire et écrire sur ma partition Windows qui est, elle, en NTFS.

Une fois l’OS installé, on remarquera que la stabilité a été nettement améliorée, et que de nombreuses choses qui ne fonctionnaient pas ont été corrigées : l’installation du Play Store est nettement facilitée via un raccourci dans Remix Central, et la stabilité générale a fait un bond en avant. Google Photos fonctionne désormais parfaitement bien.

Chose corrigée également, le retour de veille, qui plantait ma machine. Et il y a enfin un réglage qui permet de désactiver totalement la mise en veille. Et petit bonus, les mises à jour se font désormais en OTA.

Un système qui monte

Alors non, par chez nous, ce n’est pas encore trop le cas, mais chez mes amis chinois, Remix OS est équipé en standard sur de plus en plus de machines. Vous trouverez des mini-PC, dont la Remix mini officielle, à 37€, mais aussi des tablettes, pour des prix allant de 92 à 415€. Jide a également signé un partenariat avec le fabricant AOC, qui propose depuis des PC all-in-one sous Remix OS, mais surtout, c’est Acer qui, désormais, s’intéresse de près à Jide. Autant dire que si les grands constructeurs s’y mettent, l’avenir de Windows est plus qu’incertain chez les particuliers. Bien entendu, cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais, pour ma part, je parie sur une adoption rapide.

En conclusion

Me concernant, l’incompatibilité avec les cartes NVidia était le seul et unique frein à l’adoption de Remix OS. Je compose avec les défauts de jeunesse, après tout, je le fais aussi pour Windows 10, vu que je suis Insider, cela ne me dérange donc pas. Mais je suis vraiment surpris des progrès qui ont été effectués, et, si je garde Windows 10 pour faire tourner mes softs d’illustration 3D, je dois dire que désormais mon PC boote par défaut sur Remix OS !